Août 2020

Marquée par une pandémie mondiale et des appels à la justice sociale, l'année 2020 connaît des bouleversements sociétaux majeurs qui nous rappellent que nous vivons dans un monde en mutation constante et que le Rotary en est aussi le reflet.

Nous devons être à l'écoute et nous adapter, en nous appuyant sur nos valeurs fondamentales que sont le service, la camaraderie, la diversité, l'intégrité et le leadership. Si nous incarnons ces principes et appliquons le Critère des quatre questions dans tous les pans de notre vie, nous serons toujours prêts à assumer notre rôle de décideurs et d'acteurs du changement...

Je suis fier de la capacité d'adaptation dont nous avons fait preuve ces derniers mois. Face à la pandémie, le Rotary ne s'est pas arrêté. Nous avons adopté le format virtuel pour nos réunions et imaginé de nouvelles façons de servir. Nous avons converti notre convention internationale 2020, qui devait se tenir à Honolulu, en une convention virtuelle. Une grande première pour notre organisation. Chaque semaine, au travers de nos réunions traditionnelles ou par visioconférence, nous montrons que la flexibilité est aussi notre marque de fabrique. Le Rotary offre – et continuera d'offrir – les moyens de se connecter à tous ceux qui le souhaitent.

Certains m'ont même fait part de leur satisfaction d'avoir aujourd'hui accès à des modes de réunion hybrides : en ligne et en présentiel. Comment mettre à profit cette dynamique pour embrasser le changement et s'assurer que le Rotary continue de prospérer ?

Je suis personnellement convaincu que cela passe par le développement de nouveaux types de club. Ils ne sont plus de simples expériences que nous testons, mais un élément concret de notre organisation. Outre les clubs traditionnels, nous proposons les e-clubs, les clubs Rotaract, les clubs basés sur une cause et les clubs passeport. Ils nous aident à être plus inclusifs, plus souples et plus attractifs aux yeux des nouveaux membres. Échangez avec ces clubs, montez des actions ensemble et mettez-les en avant auprès des autres clubs mais aussi dans votre commune.

Nous sommes tous d'accord que nous devons développer le Rotary, mais sans nous noyer dans les statistiques au risque de perdre de vue la situation globale. D'ailleurs, une hausse de l'effectif n'a pas de sens si les nouveaux membres quittent leur club l'année suivante. Notre croissance doit être pérenne. La souplesse que nous proposons dans les formes de participation montrera, aux membres et à nos communes, que nous sommes différents des autres clubs. Célébrons le nouveau Rotary, moins défini par les règles que par la volonté collective de ses membres de se rassembler de manières créatives.

Je recommande que chaque club organise une réunion stratégique annuelle pour se poser une question et y répondre avec honnêteté : faisons-nous tout notre possible pour nos membres et notre club reflète-t-il la commune que nous servons ? C'est une démarche que nous adoptons également à l'échelle internationale. Je suis fier de servir, cette année, aux côtés de six femmes administratrices. Un nombre inégalé à ce jour. Poursuivons cette évolution à tous les niveaux de l'organisation et ouvrons nos portes à plus de perspectives et à la diversité. Il en va de la pertinence du Rotary.

Cette recherche que nous menons pour développer notre adaptabilité et assurer notre agilité en tant qu'organisation est fascinante. Mais ce qui reste et restera inchangé au Rotary m'inspire tout autant : l'amitié, le réseau, la déontologie et le service aux autres. Ce sont précisément ces valeurs qui rendent le Rotary attractif pour tous.

Paul Harris, le fondateur du Rotary, a déclaré : « Il faut parfois être révolutionnaires ». Les temps actuels appellent à cette attitude. Le Rotary ouvre des opportunités — infinies — pour que nous embrassions le changement. Un changement qui nous rendra plus forts tout en restant fidèles à nos valeurs fondamentales.